Les techniques de traitement Valorisation énergétique des ordures ménagères

uve
Depuis août 2003, la filière
valorisation énergétique est la principale filière du SETOM. C'est à Ecoval, à Guichainville qu'est installée l'unité d'incinération des ordures ménagères avec valorisation énergétique.

Le principe général de l'usine est, à partir de l'élimination des déchets, de produire de l'électricité et d'alimenter en eau chaude la chaufferie centrale d'Evreux .

Ecoval produit de l'électricité dont une part sert à l'alimentation de l'ensemble du site et l'autre part est livrée à EDF. Cette électricité, revendue à EDF, représente l'équivalent des besoins annuels en énergie d'une ville de 24 000 habitants, soit une recette de 1 668 623 € ht en 2015. La combustion d’une tonne de déchets ménagers libère autant d’énergie que 200 litres de pétrole.

Ecoval a une capacité d'accueil de 100 000t d'ordures ménagères pour incinération et une autorisation de mise en balles des ordures ménagères (185 tonnnes par jour) et leur stockage (7100m3)

Une partie des ordures ménagères est mise en balles pendant la période d’arrêt (maintenance technique), permettant d’en disposer pendant la période d’hiver (entrainant des bénéfices plus importants quant à la revente d’électricité).

L'unité fait l'objet d'un suivi rigoureux dans l'environnement, sans équivalent au niveau national.

Ce suivi est mis en œuvre sur :

  • le lait d'une exploitation laitière
  • la qualité de l'air
  • les eaux pluviales
  • la qualité des sols
  • le lait des brebis qui paissent sur site
  • les lichens

 

uve
Depuis août 2003, la filière
valorisation énergétique est la principale filière du SETOM. C'est à Ecoval, à Guichainville qu'est installée l'unité d'incinération des ordures ménagères avec valorisation énergétique.

Le principe général de l'usine est, à partir de l'élimination des déchets, de produire de l'électricité et d'alimenter en eau chaude la chaufferie centrale d'Evreux .

Ecoval produit de l'électricité dont une part sert à l'alimentation de l'ensemble du site et l'autre part est livrée à EDF. Cette électricité, revendue à EDF, représente l'équivalent des besoins annuels en énergie d'une ville de 24 000 habitants, soit une recette de 1 668 623 € ht en 2015. La combustion d’une tonne de déchets ménagers libère autant d’énergie que 200 litres de pétrole.

Ecoval a une capacité d'accueil de 100 000t d'ordures ménagères pour incinération et une autorisation de mise en balles des ordures ménagères (185 tonnnes par jour) et leur stockage (7100m3)

Une partie des ordures ménagères est mise en balles pendant la période d’arrêt (maintenance technique), permettant d’en disposer pendant la période d’hiver (entrainant des bénéfices plus importants quant à la revente d’électricité).

L'unité fait l'objet d'un suivi rigoureux dans l'environnement, sans équivalent au niveau national.

Ce suivi est mis en œuvre sur :

  • le lait d'une exploitation laitière
  • la qualité de l'air
  • les eaux pluviales
  • la qualité des sols
  • le lait des brebis qui paissent sur site
  • les lichens

 

Présentation du Process

 Présentation du process

setom usine incineration 

Après déchargement dans une fosse (1),

un grappin, alimente un four (2) où les ordures ménagères sont incinérées.

En sortie de four, le résidu solide, appelé mâchefer est extrait (3) puis entreposé temporairement (3bis) : traités sur la plate forme MBS à Gonfreville l'orcher, les mâchefers sont valorisés en sous-couche routière après déferraillage.

Les fumées d'incinération traversent une chaudière (4), produisent de la vapeur,point de départ de la production d'électricité à partir du turbo-alternateur (4bis) et de l'eau chaude.

Les fumées sont ensuite débarrassées des polluants (5) après injection de produits réactifs pour capter les dioxines, furanes, gaz acides, métaux lourds, poussières ; puis elles sont filtrées, enfin traitées par catalyse avant d'être rejetées, épurées, à l'atmosphère (6).

Protection de l’environnement

Protection de l'environnement

Dès sa conception, l'Unité de Valorisation Energétique d'Ecoval a fait l'objet d'une attention toute particulière quant aux niveaux des rejets atmosphériques.

Les niveaux de rejet adoptés sont plus sévères que les obligations réglementaires et la norme européenne.
Le suivi des rejets à l'atmosphère comprend trois aspects complémentaires :

- suivi en continu 24h/24h,

- analyses en sortie de cheminée,

- suivi environnemental (sol, air, eaux pluviales, lait - vaches et brebis- lichens).

Suivi en continu

Suivi en continu

Des mesures en continu sont effectuées en sortie de cheminée, par des appareils automatiques (MIR) analyseurs, qui sont transmises à un poste central et enregistrées. 

Ces informations journalières sont transmises au quotidien aux services du SETOM.

Analyseur en continu

Ces mesures portent sur les éléments suivants :

  • acide chlorhydrique
  • acide fluorhydrique
  • poussières
  •  monoxyde de carbone
  • carbone organique total
  • dioxyde de soufre
  • oxydes d'azote

Les émissions journalières sont disponibles sur le site internet du setom (cliquez ici) et aussi en affichage à l'entrée d'Ecoval à Guichainville.

Analyses en sortie de cheminée

 Analyses en sortie de cheminée

Cheminee uve001Un laboratoire indépendant est missionné pour réaliser les analyses.

Toutes les données sont transmises au SETOM et à la D.R.E.A.L. ; elles sont communiquées à la Commission de Suivi de Site, CSS (ex-CLIS). 

Les campagnes de prélèvement en sortie des cheminées concernent tous les éléments suivis en continu ainsi que les métaux lourds et les dioxines/furanes. L'ensemble des rapports établis depuis l'ouverture de l'unité d'incinération d'ECOVAL démontre que l'installation est bien maîtrisée, toutes les valeurs relevées étant inférieures aux normes.

S'agisssant spécifiquement des dioxines/furanes, les prélèvements en sortie des cheminées font état d'ultra-traces, bien au-dessous de la norme ; il n'est pas établi qu'ECOVAL rejette la moindre molécule de dioxine, après double traitement des fumées.

Retombées atmosphériques

Retombées atmosphériques

air normand

Le SETOM a signé avant le demarrage de l'usine d'ECOVAL une convention avec la Chambre d'Agriculture de l'Eure, la F.D.S.E.A., la Mairie de Guichainville et le Conseil Général de l'Eure. 

L'objet de cette convention est d'organiser le suivi des éventuelles retombées atmosphériques d'Ecoval en réalisant des analyses de l'air, des retombées d'eaux pluviales, d'échantillons de sol et de lait dans un périmètre significatif autour de l'installation.
C'est dans ce cadre qu'un état 0 puis un état initial ont été réalisés, avant la mise en service de l'usine. Depuis, chaque année, de nouvelles campagnes de mesures sont réalisées dans l'environnement.
Les différentes campagnes concluent invariablement à des situations caractéristiques d'un éloignement de sources importantes de polluants d'origine industrielle ou automobile, sans évolution significative par rapport aux points initiaux de 2000 et 2002.

Pour consulter les rapports de retombées atmosphériques, cliquez sur ce lien. 

Suivis complémentaires

Suivis complémentaires dans le lait de brebis et les lichens lichens

En 2008, le suivi dans l'environnement s'est enrichi de deux nouveaux types d'analyses. Il s'agit de suivis à partir du lait des brebis qui paissent sur le site d'Ecoval (suivies chaque année) et de lichens sur 2 points différents (Ecoval et Cracouville), reconduites tous les deux ans.
Le suivi du lait des brebis porte sur les dioxines et furanes, le suivi sur les lichens porte en plus sur les métaux lourds. Ces suivis sont présentés en CSS (Ex-CLIS) chaque année.

Pour consulter les rapports CSS (ex-CLIS), cliquez sur ce lien.

Chiffres clés

 Chiffres clés en 2015

94 088 t de déchets incinérées sur l'année

1 668 623 € H.T. de recettes liées la production électrique vendue